Hypnose

Définition de l’Hypnose
Le terme Hypnose est utilisé pour désigner un Etat Modifié de Conscience (EMC) et désigne aussi les différentes techniques utilisées pour parvenir à cet EMC.
Cet état est différent de celui produit par la relaxation ou la méditation. Il peut être léger (rêverie, transe hypnotique légère, hypnagogique), hypnopompique ou plus profond.
Le Larousse le définit comme un « état de conscience particulier, entre la veille et le sommeil, provoqué par la suggestion. »
Pour Bernheim, le père de la psychothérapie, « l’hypnose, n’existe pas ; ce qui existe, c’est l’interaction entre un contexte donné et l’aptitude du sujet à ce contexte ».
Pour Erickson, qui a révolutionné la discipline au milieu du 20ème,  l’hypnose, « c’est une relation pleine de vie qui a lieu dans une personne et qui est suscitée par la chaleur d’une autre personne ».
Quant à Olivier Lockert, créateur de l’Hypnose Humaniste, il la définit comme «  un Etat Modifié du Conscient, le « conscient » étant l’état habituel de nos perceptions, à défaut de définition psychophysiologique. »


Histoire
Dans toutes les civilisations dites « traditionnelles », les soins et la pratique thérapeutique par les rituels incorporent des techniques utilisées par l’hypnose thérapeutique moderne… Il est vrai que ces pratiques tiennent compte de la psychologie de l’individu. Elles étaient déjà utilisées avant l’invention de l’écriture :

  • Il y a plus de 6.000 ans, en Mésopotamie. Un manuscrit cunéiforme sumérien qui évoque des guérisons obtenues après un Etat Modifié de Conscience a été retrouvé par des archéologues.
  • En Egypte, il y a plus de 1.500 ans, on pratiquait déjà l’hypnose, comme le révèle la stèle découverte en 1972 par Musès.
  • En Inde, l’hindouisme propose via le yoga et la méditation des exercices similaires à l’autohypnose.
  • Plus tard, sous la Grèce ou la Rome antique, les prêtres utilisent la suggestion pour accompagner la guérison… Socrate met ses patients en état de « sophrosyne »,
    tandis que Platon décrit ses visions de la psyché.

Et pour les amoureux de la chronologie de l’histoire contemporaine, l’avènement de cette discipline, en quelques dates (Source: IFHE) :

–    En 1529, Paracelse, médecin suisse, livre les premières informations scientifiques sur le magnétisme animal.
–    En 1766, le Dr Franz Mesmer, disciple spirituel de Paracelse, devient le premier psychothérapeute des temps modernes avec le « Magnétisme Animal ».
–    En 1824, Deleuze codifie la pratique du magnétisme et le propulse au premier rang des thérapies de l’époque.
–    En 1829, Jules Cloquet réalise la première anesthésie chirurgicale par « sommeil magnétique » pour l’ablation d’un sein.
–    En 1841, James Braid fonde les bases scientifiques de « l’Hypnotisme ».
–    En 1889 à Paris, se tient le 1er Congrès International de l’Hypnotisme expérimental et thérapeutique » avec la participation de Charcot, Freud et Bernheim.
–    En 1891, Pavlov élabore la théorie neurophysiologique de l’Hypnose.
–    En 1891, le Pr Bernheim donne naissance au terme « psychothérapie », qui désigne le soin par la suggestion hypnotique.
–    En 1955, l’Hypnose devient une matière enseignée à la Faculté de Médecine.


Origines du terme

Etymologiquement, le mot « Hypnose » est dérivé du grec ancien Hypnos, dieu du sommeil.
Les termes « hypnologie » et « hypnotique » apparaissent dans le Dictionnaire de l’Académie Française en 1814 et les termes « hypnotisme » et « hypnose » sont proposés par Étienne Félix d’Henin de Cuvillers dès 1820. On attribue souvent l’invention du terme hypnose au médecin écossais James Braid en 1841.


Objectifs  de l’Hypnose

L’Hypnose est donc un outil qui permet, grâce à des techniques élaborées, de modifier l’état de conscience ordinaire et d’atteindre ainsi plus facilement certaines zones de souvenirs, d’expériences, ou d’apprentissages.
En court-circuitant les processus mentaux, elle permet théoriquement d’atteindre plus facilement l’inconscient. Cela peut permettre de faire ressurgir certains problèmes ou traumatismes liés à l’enfance, ou de découvrir des ressources insoupçonnées.


Ce qu’en dit Milton Erickson :
«L’Hypnose offre tant au patient qu’au thérapeute un accès aisé à l’esprit inconscient du patient. Elle permet de s’occuper directement de ces forces inconscientes qui sont sous-jacentes aux perturbations de la personnalité, et elle autorise l’identification de ces éléments de l’expérience de vie d’un individu qui ont de l’importance pour la personnalité et auxquels on doit accorder toute l’attention requise si l’on souhaite obtenir des résultats thérapeutiques. Seule l’hypnose peut donner un accès aisé, rapide et large à l’inconscient, inconscient que l’histoire de la psychothérapie a montré être d’une telle importance dans le traitement des désordres aigus de la personnalité.»

Publicités