LE POUVOIR DE L’IMAGE #2

LA PERCEPTION DE L’IMAGE PAR NOTRE CERVEAU

Rappel sur l’anatomie : l’importance du cerveau reptilien dit aussi le cerveau primitif et primaire qui aurait environ 400M d’années, et qui serait notre premier cerveau. Il est responsable des comportements primitifs assurant nos besoins fondamentaux ; il assure la survie de l’individu et par voie de conséquence, de l’espèce.

Ses fonctions principales correspondent d’abord bien entendu à l’homéostasie (respiration, rythme cardiaque, température,…) mais aussi à la satisfaction de besoins primaires comme l’alimentation, la reproduction et surtout à l’instinct de conservation et des réflexes de défense face aux prédateurs.

Chez l’homme, ce cerveau entraîne des comportements stéréotypés, pré-programmés : ne même situation, un même stimulus entraînera toujours la même réaction, la même réponse.

Ainsi, la peur, le sexe, la confiance dans un leader, la notion de territoire et de clan sont sous l’influence de ce cerveau primitif. Et c’est ce cerveau primitif qui va être sollicité par l’image.

Questions : les comportements animaux, les clans, l’organisation sociale, la hiérarchie… des exemples ?

Ce cerveau primaire agit donc sur la mémoire réflexe, la mémoire immédiate. Notre cerveau stocke des images qu’il classe par ordre de proximité. En effet, il privilégie, et encore plus dans le contexte de peur ou de besoin de protection, le chemin le plus court pour faciliter la rapidité de la réaction. Ainsi, les images se référant à la peur par exemple vont être classées en premier…..

Le cerveau se comporte un peu comme nous quand nous rangeons nos tee-shirts, on dispose sur le haut de la pile ceux qu’on met le plus souvent…ou autre exemple,  notre cerveau réagit un peu comme un ordinateur, il classe des images, chacune ayant un rapport avec un sentiment, une croyance, un souvenir, une mémoire….

Et la circulation des informations va se faire comme pour nos routes de communications, on va privilégier les grands axes, là où le trafic est le plus important, et on va utiliser les parcours et les routes les plus fréquemment utilisées.

Aussi, pour la formation du langage, pour apprendre les mots, on va tout de suite associer une image à un mot….Cf les livres d’enfants, on associe un dessin de bateau au mot bateau, le dessin d’une maison au mot maison…et tout mot, toute sonorité, tout système de langage va être associé à une image !

Faites l’expérience vous-mêmes, imaginez par exemple ce que veut dire le mot vacances, vous allez chacun avoir une image qui va représenter ce que vous associez à ce mot, ou même un ensemble d’images si ce même mot évoque aussi pour vous le plaisir, ou le voyage, ou les amis, etc….

Question (qui va nous servir plus tard pour décortiquer l’information) : Quelle image par exemple associez vous au « terrorisme » ? On en a tous une image qui a d’ailleurs été véhiculée par la télévision ou Internet…Imaginez l’image qu’on lui attribuait il y a 60 ans !?

Donc on va asseoir notre culture, notre civilisation sur l’image, et on a pu constater que le culte de l’image est venu remplacer le culte de la parole, l’image l’ayant maintenant d’ailleurs englobée, à cause des progrès de la technique et de la prépondérance de la télévision.

La Culture de l’image vs La Culture de la parole

En raison de l’influence remarquable de la publicité et du marketing dans la vie moderne, la société occidentale a tendance à accorder une primauté de l’image dans le domaine de la communication.

D’ailleurs, la locution « une image vaut mille mots » illustre cette compréhension du phénomène de l’image. Mais combien d’images valent un mot ?

Dans les sociétés plus anciennes, tenir parole est important car la parole relie les être humains entre eux à travers les serments, les principes, les obligations, les contrats et les devoirs conjugaux.

Quant à l’image, elle n’implique rien au niveau des rapports humains, aucun pacte, mais seulement des échanges d’impressions, de points de vue, des sensations car elle est devenue sensationnelle !

Revenons d’ailleurs à ces sociétés anciennes et aux débuts du culte de l’Image….

 

LE CULTE DE L’IMAGE

Préambule : l’image a un sens : c’est une forme de langage…

Elle est à la base, avec des formes géométriques, du langage écrit. A défaut de mots, on se fait comprendre par une image. (A condition qu’elle n’ait qu’un sens).

Les premiers glyphes sont des représentations, des symboles.

Le culte des symboles est né avec le culte des morts. Avant on façonnait, on sculptait, on gravait pour représenter par une forme ou un dessin l’objet du culte. L’image et le symbole soutiennent la croyance, la représentation des forces, d’un ou de plusieurs dieux. Elle est au service de la croyance, du dogme, d’une certaine forme de spiritualité. N’oublions pas que « Imago », en latin, désigne les masques mortuaires…. Il a fallu attendre les progrès des techniques pour que l’image commence à nous envahir. Spécialement dans nos sociétés et civilisations occidentales.

L’image a porté la religion catholique, et de nombreuses croyances. Et bien d’autres sociétés l’ont utilisée.

 

Question : des exemples de représentations

Ex : le Christ, la Vierge, la Vierge de Guadeloupe (Fig 6) dans notre religion mais aussi les Bouddhistes, les Mayas, les Incas…

Mais pas toutes, cf l’Islam qui réfute toute représentation humaine ou vivants : motifs. Ou le protestantisme : dans sa relation avec la divinité, la religion protestante préfère la lecture des textes sacrés à l’image.

 

Mais dans notre culture occidentale l’image est prépondérante, elle a été portée par la religion : les icônes en sont un parfait exemple. (Qui ont été l’objet d’un conflit majeur d’ailleurs…)

L’image tient une place importante dans la religion chrétienne dans ses branches catholiques et orthodoxes . La raison en est simple : si Dieu s’est incarné, alors rien ne s’oppose à ce qu’on représente ce qu’il a lui-même voulu rendre visible.

C’est ce qui a fait dire à Régis Debray qu’Hollywood est né à Byzance, parce que la civilisation de l’image ainsi instaurée aboutit à notre « médiacratie » moderne.

 

La guerre de l’image vs la guerre des images

La guerre des images à laquelle nous assistons à notre époque ne date pas d’aujourd’hui : déjà au 8ème siècle, entre iconoclastes et iconodoules se disputaient le culte des images et leur bataille théologie a ébranlé l’empire byzantin….

Ensuite, pour diffuser  les Evangiles ou la Bible, les chrétiens ont peint les chapelles et les lieux de culte, ont produit icônes et tableaux à la gloire des Ecritures pour permettre à tous, surtout aux analphabètes, de comprendre facilement le message…

A cette époque, seuls les souverains et l’Eglise ont la main sur la fabrication et la diffusion des images.

 

La première véritable révolution ou la première guerre des images va commencer à la Contre Réforme, avec l’avènement du baroque.

 

Et pour des raisons tant spirituelles (besoin et impératif d’évangélisation) linguistiques (analphabétisme ou barrières de la langue) que techniques (le développement des techniques de l’imprimerie et de la gravure) l’image va exercer au 16ème siècle un rôle déterminant dans la découverte, l’expansion, la conquête et la colonisation du nouveau monde.

L’image constitue avec l’écrit l’un des atouts majeurs de la civilisation occidentale depuis La Renaissance !

Pour le Nouveau Monde, dès que C. Colomb eut foulé le sol de la Caraïbe ou des Indes, il fut question d’images.

Cortez a été victorieux au Mexique à partir de l’image (cf Quetzalcoatl), ensuite, les religieux espagnols et portugais en AM du Sud ont véhiculé les images pieuses qui ont servi à coloniser les indigènes. La Vierge de Guadalupe est « apparue » pour développer le culte marial, au sein des populations indigènes et métisses…. Une vierge métisse !

Déjà, l’image est au service du pouvoir, qu’il soit monarchique, étatique ou religieux, et cela va continuer jusqu’au 18ème siècle.

 

Avec la peinture, qui sert de médium à la diffusion des messages à adresser au peuple, mais aussi ne l’oublions pas avec des manifestations populaires qui mettent en scène les discours de ces mêmes pouvoirs. N’oublions pas le renouvellement des images chez les catholiques, avec les nouvelles apparitions, les nouveaux saints, pour entretenir les croyances.

La Révolution, la destruction des images pieuses, c’est un signe !, et la guerre des images continue, il s’agit de célébrer le « Sur-Homme ».

On sort réellement, en peinture, de l’académisme au milieu du 19ème siècle. Parallèlement, l’invention de Nicéphore Niepce va bouleverser le monde des images. (La photographie…)

Et puis surtout avec la liberté de presse et de diffusion, un contre-pouvoir, déjà né sous la Révolution, va aussi se manifester encore plus à la seconde Révolution.

La photographie ; du noir et blanc à la couleur, sous Hitler. (Kodak !!!) Libération de l’image, élargissement de l’information, multiplication des informations.

Le cinéma : du muet au cinéma parlant aujourd’hui, les effets spéciaux si importants dans le cinéma d’action U.S

La télévision : instrument de pouvoir, de propagande ou moyen d’éducation ? Que dire alors du WWW ?

Tous ces moyens restent utilisés par les pouvoirs politiques mais depuis les années 50, l’emprise du monde économique sur la télévision et sur le cinéma a totalement modifié le jeu des pouvoirs.

 

Question : connaissez vous des groupes audiovisuels ?

Exemple de Télévisa, groupe mexicain ou de TFI ou M6 !!!.

Les enjeux des films sont aujourd’hui planétaires, les productions télévisuelles le sont également, ainsi que les stars qu’ils fabriquent, et dont certaines se retrouvent en politique….ou dans les cercles mafieux, autre arcane du pouvoir…

– les productions et les diffuseurs étant généralement alimentés par les marques,

– la multiplication des supports de diffusion, avec Internet, les mobiles, les éditions, les magazines

– et à présent on assiste à un regroupement des intérêts économiques, les producteurs de tv, les diffuseurs, les réseaux et les fournisseurs d’accès ne feront bientôt sans doute plus qu’un…. Tout en sachant que certains journalistes évoquent même que bon nombre de ces « propriétaires » seraient membres d’une même organisation, ou « association »….

 

Allez, c’est tout pour aujourd’hui rendez vous la semaine prochaine pour la suite, avec un thème cher à Guy Debord (lui même proche de producteurs dont certains ont fini avec du plomb dans le ventre dans un sous sol parisien….)

 

 

Publicités

A propos Parhypnose.com

Maître Praticien en Hypnose Ericksonienne et PNL.
Cet article a été publié dans Le blog. Ajoutez ce permalien à vos favoris.